Synthèse du conseil municipal du 10 juillet

 

Vous trouverez ci-après le compte rendu officiel du dernier conseil municipal du 10 juillet.

    – Compte Rendu du Conseil Municipal du 10 juillet 2014

En substance :

  -    le sujet important concerne l’urbanisme avec le passage de POS en PLU.

  -    les nouveaux projets de constructions de logement sociaux commencent à être évoqués en conseil, notamment avec un projet pour remplacer un logement de fonction rue d’Eaubonne par des logements sociaux.

Quand aux questions posées :

Question 1 : prix de la cantine le mercredi

La municipalité a annoncé dans son dernier courrier aux parents que le repas du mercredi pour les enfants n’allant pas aux Marcyens coûtera 2 tickets de cantine. Nous avons plusieurs observations sur cette décision :

Sur la légalité de la décision : si l’on se réfère à l’article 8 du règlement de la cantine : le prix du repas est fixé par délibération du conseil municipal. En conséquence, nous vous demandons comme prévu au règlement de mettre cette délibération au vote du conseil pour rendre légal cette décision.

Sur le fond de la décision : seuls les enfants qui ne vont pas aux Marcyens paieront le prix fort alors que pour  les enfants qui vont aux Marcyens le prix ne changera pas. Pour cette raison, nous ne sommes pas d’accord avec ce nouveau prix. La raison : il est injuste. Nous proposons que le prix de la cantine le mercredi soit le même pour tous les enfants et le même pour tous les jours d’école.

Réponse du Maire :

Sur la légalité : OUI. L’adjointe au Scolaire, étant en congés, nous ne répondrons pas aujourd’hui à cette question et nous attendons son retour pour traiter cette question. Toutefois, lors de l’étude du prix du déjeuner le mercredi, elle avait signalé que la gestion de 1,5 ticket était ingérable dans notre système actuel, d’où le choix de facturer 2 tickets.  Par ailleurs, L’adjointe au Scolaire a expliqué sa position par mail à la commission scolaire et dans la lettre distribuée aux parents. On pourrait comme dans toutes les communes, refuser la cantine aux « non Marcyens »…La Mairie ne souhaite pas être obligée de faire 2 services, ce qui représente un coût supplémentaire.

Question 2 : projet de crèche rue julien manceau

Des Margencéens nous ont interpellé au sujet du projet de crèche situé allée Julien Manceau. Des riverains ont manifesté leurs inquiétudes. A ce jour une pétition de plus ou moins 110 personnes vous a été remise. Une réunion sur site a été organisée.
Pouvez-vous nous informer sur les actions à suivre et vos axes de travail en matière de développement des places en crèches ?

Réponse du Maire :

Un projet de crèche a été présenté pendant la campagne électorale. Etant une initiative privée, une mairie ne peut interférer. Le 3 juin 2014, un permis de construire a été déposé et transmis au service instructeur de la CAVAM. Il correspond à une extension du bâtiment existant. Le retour du service instructeur de la CAVAM a alerté la Mairie sur l’utilisation d’espaces publics appartenant à la Mairie et à la copropriété, ce qui est hors la loi. Le 28 juin, j’ai rencontré une délégation d’une dizaine de copropriétaires qui m’ont alerté sur l’impossibilité de garer 42 véhicules pendant 5 ou 10 minutes dans la tranche horaire 7h30 / 9h pendant laquelle les parents viendront déposer les nourrissons. Après visite sur place et constat qu’il y a déjà très peu de places de stationnement disponibles à cet endroit, il est clair que l’accès à cette future crèche au fond d’une impasse va créer d’énormes problèmes de circulation. Une discussion avec la crèche Santé & Bonheur d’Enghien qui comporte une configuration similaire nous conforte qu’un tel projet n’est pas viable dans une copropriété résidentielle. Je rencontre les responsables de ce projet le 18 juillet et je vais étudier avec elles comment trouver une solution qui répondrait aux exigences de la communauté.

Question 3 : site Internet de la Mairie

Vous nous avez fait part de votre projet de faire évoluer le site internet actuel de la commune avec un objectif de mettre en ligne le nouveau site en septembre. A l’occasion de la commission communication et information du 26 mai 2014, notre groupe a proposé nos compétences dans le but de travailler ensemble sur ce projet. Dans un premier temps, vous avez émis un avis favorable pour rencontrer la société JDG dirigée par Monsieur Bertrand qui propose cette prestation dans ses activités professionnelles. Habitant de Margency, il propose à moindre coût cette prestation de fourniture et de prise en main de la solution technologique par les employés de la mairie. A l’occasion de la commission du 12 juin, nous avons compris votre réticence à travailler avec le groupe minoritaire sur ce domaine. Depuis aucun rendez-vous n’a été pris.

Quelle est le budget que vous allez consacrer à ce projet tant sur l’investissement en technologie, en formation, en services que sur les coûts de maintenance annuelle, et ce sur la période du mandat ?

Réponse du Maire :

Nous confirmons le projet de faire évoluer le site internet de la commune conformément au calendrier que nous nous sommes fixés, à savoir commencer les consultations de prestataires après la réalisation du bulletin municipal, c’est à dire au mois de juillet. Nous avons rencontré à ce jour 3 prestataires, tous Margencéens et proposerons prochainement un rendez vous à Monsieur Bertrand.

À ce stade des consultations nous ne sommes pas en mesure d’apporter une réponse exhaustive à votre question relative au budget sur la période du mandat.

Elle sera donc traitée ultérieurement. Toutefois Le budget prévisionnel est de 3000€.

 

Bonnes vacances à tous,

Fabien Bosc

Conseiller municipal de Margency

Synthèse du conseil municipal du 17 juin : quelques nouvelles

Veuillez trouver ci-joint le compte rendu officiel du dernier conseil municipal du 17 juin :
          – Compte-rendu  Officiel du conseil municipal du 17 juin

En substance :

                -    nous avons acté dans le compte rendu notre désaccord sur la gestion financière de la commune,

                -    le règlement intérieur du conseil a été approuvé, nous avons lutté en vain pour obtenir plus de questions. Notez donc que à chaque conseil, notre groupe a droit à trois questions orales en dehors de l’ordre du jour,

                -    les travaux de l’esplanade des écoles sont planifiés pour l’été 2015,

 J’ai posé les questions suivantes :

Question 1 : rythmes scolaires

La commission des affaires scolaires du 19 mai a prévu de mettre à l’ordre du jour du conseil municipal le report de la réforme des rythmes scolaires en 2015 compte tenu du délai trop court pour une application intelligente de la réforme ;

J’avais rappelé un principe de bon sens : dans l’intérêt des enfants, il vaut mieux ne pas appliquer la réforme plutôt que mal l’appliquer et la nécessité d’une concertation avec l’ensemble des personnes concernées et en premier lieu tous les parents d’élèves.

Pourquoi n’appliquez-vous pas le travail de la commission ou bien pourquoi ne l’avez-vous pas convoqué ?

Ensuite la réunion du 30 mai s’est tenue, la mairie a reçu la lettre de mécontentement de 36 familles que j’ai signée.

Pouvez-vous nous préciser la réponse que la mairie a apportée aux 36 familles ?

Réponse du Maire :

Un consensus a été trouvé avec les représentants de la mairie, les directrices des écoles, de l’inspection d’académie et des représentants élus des parents d’élèves.  Ce consensus fixe le temps scolaire de 8h30 à 11h30 et de 13h45 à 16h les lundis, mardis, jeudis et vendredis et le mercredi matin de 8h30 à 11h30.

Les activités périscolaires auront lieu de 13h à 13h45 les lundis, mardis, jeudis et vendredis.

Il est précisé que ce consensus n’est pas gravé dans le marbre. Nous pourrons le changer si, vraiment, il ne convient pas.

Question 2 : petites enfances :

Des habitants des rues avoisinant la rue julien Manceau m’ont fait part d’un projet de construction d’une crèche privée pouvant accueillir environ 40 enfants.

Quelles informations pouvez-vous nous donner à ce sujet ?

Réponse du Maire :

La construction de cette crèche est privée. Elle fera l’objet d’un permis de construire qui sera instruit par les services de la mairie et ceux de la CAVAM.

Fabien Bosc

Conseiller municipal de Margency

Les « rythmes scolaires » à Margency

Le 30 mai, une réunion sur les rythmes scolaires a été organisée par la municipalité ; y étaient présents des parents d’élèves, les directrices des écoles et l’inspection académique. De cette réunion un 4e choix s’impose malgré le résultat du dernier sondage : insérer les TAP de 13h à 13h45 avec une fin de la journée scolaire à 16h.

Pourtant, la commission des affaires scolaires du 19 mai prévoyait un report en 2015 compte tenu du délai trop court pour une application intelligente de la réforme ; la minorité municipale y rappelait des principes de bon sens : dans l’intérêt des enfants, il vaut mieux ne pas appliquer la réforme que mal l’appliquer ; la nécessité d’une concertation avec l’ensemble des personnes concernées et en premier lieu tous les parents d’élèves.

Depuis, certains parents restent insatisfaits, surpris de constater que l’horaire plébiscité par la majorité n’ait pas été maintenu. Une pétition circule en ce sens ; je la soutiens.

Insérer les TAP au milieu de la journée les rend de facto obligatoires pour beaucoup ; leur caractère facultatif était pourtant un des grands principes de la réforme.
Cet horaire accroît le besoin de modes de garde et son corollaire financier ; cette césure de la journée scolaire est inadaptée à la réalité sociale (horaires de travail, entrave à la recherche d’emploi). L’argument avancé pour ne pas respecter le sondage, à savoir qu’une ½ journée de TAP n’allège pas la journée d’enseignement, contredit les propositions d’assouplissement de la réforme formulées par le ministre de l’Education Nationale lui-même.
Malgré le travail des parents d’élèves élus qu’il faut saluer, le projet initial des TAP le matin est rendu aujourd’hui obsolète puisque Monsieur Hamon veut préserver « le principe de 5 matinées d’enseignement »
( http://cache.media.education.gouv.fr/file/05_Mai/73/9/2014-lettre_rentree_324739.pdf).

Lors de cette réunion, les bonnes volontés en présence ont tenté de trouver un compromis avec l’inspecteur d’académie. Pourtant aujourd’hui encore, l’insatisfaction demeure chez bon nombre de parents. Les aspects qui fâchent sont :
- le besoin de maintenir le 8h30-16h30 ;
- le besoin de laisser aux parents toute latitude pour choisir ce qu’il convient pour leurs enfants : les TAP de 13h à 13h45 impliquent que les encadrants seront respectivement pour les maternelles les ATSEM et pour les élémentaires les Marcyens. Positionner les TAP en fin de journées ou regroupés sur une ½ journée laisse plus de liberté d’action.

Nous le répétons : une concertation avec l’ensemble des personnes concernées (et en premier lieu tous les parents d’élèves) serait la bienvenue et semble plus que nécessaire. Il n’est jamais trop tard.

Cordialement,

Fabien Bosc

Conseiller municipal de Margency

Conseiller national et départemental de l’UDI

Synthèse du conseil municipal du 25 avril

Aujourd’hui le temps électoral est passé. Les Margencéennes et les Margencéens ont fait leur choix. Le nouveau conseil est installé.

Notre devoir en tant qu’élus UDI sera d’adopter une démarche constructive pour notre ville. C’est l’objectif des élus UDI margencéens pour les six ans à venir.

C’est pourquoi notre attitude ne consistera pas à voter systématique « contre » les projets du maire, comme nous le voyons trop souvent dans la vie publique.

Mais plutôt, elle consistera à avoir une attitude centrale qui vise à :

         - encourager ce qui va dans le bon sens,

         - et faire des propositions concrètes pour améliorer votre quotidien.

Le conseil municipal du 25 avril avait essentiellement pour objet :

         - le vote des taux d’imposition pour l’année 2014,

         - le vote du budget primitif 2014 de la commune,

         - la désignation des membres des commissions municipales.

Concernant le vote des taux d’imposition pour l’année 2014, le groupe UDI a été d’accord avec la proposition du maire qui vise à reconduire les taux d’imposition de 2013.

Concernant le vote du budget primitif 2014 de la commune, le groupe UDI reconnaît que l’exercice budgétaire 2014 n’est pas facile. Tous les acteurs le savaient. Et surtout, il fallait réaliser ce budget en une quinzaine de jours.

Néanmoins, le groupe UDI trouve que ce budget n’est pas assez réaliste ; un grand nombre de montants sont surévalués par rapport au budget 2013 (Compte Administratif 2013) et cela essentiellement dans le chapitre des charges de fonctionnement à caractère général.

Au final l’autofinancement brut est de 161 474€ permettant seulement de rembourser la dette en capital de 132 000€ et les subventions d’équipement de droit privé de 21852€.

C’est pourquoi le groupe UDI a tenté de faire 14 propositions concrètes de modification de budget pour ce chapitre 11 visant donc à aller dans le sens d’une meilleure clarté budgétaire afin de mieux :

      -  garantir un excédent budgétaire pour l’année suivante,

      -  améliorer l’autofinancement pour l’avenir, et ainsi limiter nos emprunts et notre dette.

L’exposition de ces propositions n’a pas été permise. Seule la première concernant « l’eau et l’assainissement » a pu être explicitée pour exemple.

En conséquence, le groupe UDI a voté :

      -  les charges à caractère général : Contre,

      -  les charges de personnels : Abstention,

      -  toutes les autres charges « normales » : Pour,

      -  toutes les recettes : Pour,

      -  les dépenses d’investissement : Contre,

ces dépenses d’investissement sont le reste à réaliser de travaux de l’année 2013 (esplanade des écoles, …).

Concernant les commissions municipales, le groupe UDI siège de la façon suivante :

     -  commission politique de la ville, sécurité des bâtiments, urbanisme, voirie : Florence Ville et Fabien Bosc,

     -  commission des affaires scolaires et périscolaires : Fabien Bosc

     -  commissions dossiers juridiques : Florence Ville,

     -  commission des appels d’offres : Florence Ville, suppléant : Fabien Bosc

     -  comité de la caisse des écoles : Fabien Bosc

Cordialement,

Fabien Bosc

Conseiller municipal de Margency

Conseiller national et départemental de l’UDI

Merci

Chères Margencéennes, chers Margencéens, chers tous,

Margency, aux prises avec la réalité locale, réveillée par un élan démocratique dont elle avait tant besoin, Margency s’est mobilisée pour accomplir son devoir citoyen.
Dimanche 23 mars, certains l’espéraient depuis des lustres, d’autres n’en avaient cure, là on aurait préféré s’en passer, là on s’accrochait encore au doux ronron d’une commune où il ne se passe pas grand-chose depuis longtemps, quoi qu’il en soit, le 23 mars 2014 les électeurs margencéens ont eu enfin le choix parmi plusieurs candidats et ont pu choisir en âme et conscience : 68% ont participé au vote, 66% se sont exprimés, 39% ont approuvé la politique actuelle, 25,5% attendent une relève traditionnelle, 11% ont cru à une liste de dernière minute, 24% accordent leur confiance à notre équipe.

Entres les deux tours, les listes « Un autre choix pour Margency » et « pour Margency » totalisant 49 % des suffrages font cause commune au second tour car 62 % des margencéens réclament un changement fort.

Dimanche 30 mars, le résultat du scrutin tombe, la liste « Margency Notre ville » devance notre liste d’union de 36 voix.

Chers lecteurs, si vous comptez parmi ces 580 électeurs, nous vous remercions d’apprécier à sa juste valeur le fruit du travail de nos équipes. Vous avez su déceler dans notre démarche la foi en une action publique qui refuse la politique de l’autruche, la foi, oui, en une politique propre au parler vrai, qui regarde en face la réalité des chiffres, qui n’a pas la flegme de tenir un raisonnement jusqu’au bout, qui par dessus tout entend défendre un usage à bon escient des deniers publics, qui a comme philosophie que la fonction d’élu ne permet pas tout.
Chers électeurs, vous pouvez être fiers de constituer à nos côtés une force en marche qui a refusé et refuse le fatalisme, qui croit encore au combat politique lorsqu’il sert les valeurs irréprochables de tolérance, de démocratie, de respect des différences.

Chers électeurs, vous pouvez en être assurés, il en faut du courage pour faire front à une caste silencieuse engluée sur ce qu’elle croit être un trône. Il nous en faudra demain pour refuser que les prochains élus municipaux continuent ce capharnaüm dont ils sont si fiers et qui ne peut convaincre que les seuls convaincus.

Avec l’assurance de mes sentiments cordiaux,
Fabien

Un service de mini-bus ! à la bonne heure !

À 4 mois de l’échéance électorale, après 16 années d’attente sur la question des transports, la municipalité en place se hâte de lancer une opération de prospective publicitaire auprès des commerçants de Margency en vue de financer un service de mini-bus. 

L’offre de transports doit être considérablement améliorée à Margency. Effectivement. C’est ce que nous annoncions lors de notre réunion publique du 22 novembre ; c’est ce que nous écrivions dans notre bulletin de novembre (« Nous réglerons avec nos partenaires le problème des transports publics (titres de transport pour les anciens, pour les jeunes, horaires). Les destinations principales sont la gare, le collège, le lycée et le centre de la ville voisine. Nous voulons donner aux personnes âgées ou isolées la possibilité de se rendre facilement dans les centres commerciaux. De même, nous voulons permettre aux jeunes d’accéder aux activités des villes environnantes sans contrainte pour les parents. »)  

Hasard du calendrier, la question des transports s’invitait au conseil municipal du 2 décembre 2013. Nous prenons acte de la décision de monsieur le maire de signer une convention avec une société de régie publicitaire. 

Il reste à espérer que la municipalité ne se contente pas de fournir une piètre copie de notre réflexion sur les transports car pour l’instant font défaut les trajets envisagés, les fréquences  et les éléments budgétaires. Rappelons que cette mesure doit répondre aux attentes et aux besoins réels des Margencéens.

Quoi qu’il en soit, si les 4 mois qui nous séparent de l’échéance électorale ne leur suffisaient pas à mettre en œuvre ce beau projet de manière sensée, nous nous engageons à le rendre opérationnel au plus vite après les élections de mars 2014.

Fabien Bosc et son équipe « Un Autre Choix pour Margency »

Enquête d’utilité publique : donnez votre avis en mairie

Enquête d’utilité publique : donnez votre avis en mairie

(du 18 décembre au 21 janvier)

Il faut que vous le sachiez, lors du conseil municipal du 2 décembre 2013, l’actuelle équipe municipale votait un projet pour de nouveaux logements sociaux au cœur du village.

Leur projet envisage ces constructions sur quatre emplacements situés :

                -    rue du 18 juin (en face de l’école élémentaire) ;

                -    rue Roger Salengro (entre la rue Henry Dunant et la Place Leclerc) ;

                -    place Bernard Leclerc (à la place de notre café et de l’ancienne cantine) ;

                -    avenue Georges Pompidou (avant la rue Jacques Prévert).

À quelques mois de l’échéance électorale, alors même qu’il s’agit là d’un sujet de campagne qui ne fait pas l’unanimité au sein de la population, les élus municipaux de la majorité approuvaient cette mesure, n’ayant que faire des remarques adverses exprimées en séance par Madame Florence Ville et  Monsieur André-Luc Matou (remarques quant à la précipitation de la décision, le rôle de l’intercommunalité, la hauteur des bâtiments, le cos…)

Alors même qu’à Margency, ceci est désormais flagrant, leurs fameux projets de constructions, mal ficelés, embourbent le village en chantiers qui végètent, la municipalité actuelle s’apprête à mettre la population devant le fait accompli une fois de plus.

Qui plus est, l’enquête d’utilité publique sur cette modification du plan d’occupation des sols démarre le 18 décembre et se termine le 21 Janvier 2014, pendant les fêtes de fin d’année.

Bien sûr, l’équipe de « Un Autre Choix pour Margency » est consciente de la nécessaire mixité sociale, néanmoins elle réaffirme les principes qu’il faut faire prévaloir si l’on veut préserver l’âme de Margency. Partant du fait que Margency est une petite commune par son nombre d’habitants et sa faible superficie, nous trouvons légitime la volonté de préserver notre patrimoine et de privilégier la construction de petites résidences sociales bien intégrées dans l’urbanisme pavillonnaire. Etant donné l’état lamentable des chantiers mis en route par l’équipe municipale actuelle, nous suggérons de dresser des priorités dans la mise en application de la loi SRU.

1- il est urgent de faire une pause dans cette escalade de projets non viables

2- il faut en premier lieu finir les chantiers en cours. Pour ce faire, une concertation avec tous s’impose (tous les acteurs : les riverains, les parents d’élèves (pour les constructions situées aux abords de des écoles), le bailleur, l’architecte, etc….) afin de déterminer une solution acceptable

3- il faut adopter un Plan Local d’Urbanisme qui doit devenir intercommunal ; ainsi notre patrimoine sera préservé. L’intercommunalité a un taux de logements sociaux qui est assez bon, et nous disposons de parcs qui sont utilisés aussi par les habitants des villes voisines. C’est le devoir d’une municipalité de ne pas baisser les bras et de défendre les intérêts des administrés au-delà des limites de la commune.

Alors, nous vous invitons à répondre massivement en mairie à l’enquête d’utilité publique sur cette modification du plan d’occupation des sols, enquête annoncée du  18 décembre au 21 janvier 2014 ( au lendemain des vacances scolaires).

Alors faites vite, si vous voulez que votre avis compte.

Fabien Bosc et son équipe

 

Maîtriser le développement de la ville

Nous avons tous choisi Margency parce qu’il y fait bon vivre. Nous devons réfléchir au développement de la ville tout en préservant notre cadre de vie. Nous devrons sur 6 ans penser à un nouveau plan local d’urbanisme qui deviendra intercommunal. Ce faisant, nous allons sanctuariser nos parcs. Nous veillerons à une meilleure circulation. Nous retrouverons au fur et à mesure une continuité urbaine et esthétique dans un paysage équilibré et harmonieux.  Nous penserons toujours aux places de stationnement accessibles pour tous, sans oublier la largeur des trottoirs. Il n’est pas concevable de voir des constructions en limite de chaussée. Pour la gestion des H.L.M. : l’attribution des logements sociaux est clairement définie par la loi. Il s’agira pour nous de servir les Margencéennes et Margencéens de façon totalement transparente. Nous rénoverons les anciens bâtiments afin d’y accueillir de nouveaux commerces et étudierons la possibilité d’un petit marché local. En ce qui concerne l’entretien des bâtiments publics, nous allons réhabiliter l’école sur 6 ans et en finir avec les bungalows servant de classes, la peinture délabrée, le manque d’isolation thermique et passer au numérique : le bien-être des écoliers fait partie de nos priorités. Malgré toutes les bonnes volontés du monde, on ne peut pas tous aller au travail ou à l’école à pied. Nous devons partager l’espace de circulation entre tous les moyens de transport (piétons, vélos, véhicules et transports en commun). Les pistes sont nombreuses (site de covoiturage, pistes pour piétons et vélo, …). Nous réglerons avec nos partenaires le problème des transports publics (titres de transport pour les anciens, pour les jeunes, horaires). Les destinations principales sont la gare, le collège, le lycée et le centre de la ville voisine. Nous voulons donner aux personnes âgées ou isolées la possibilité de se rendre facilement dans les centres commerciaux. De même, nous voulons permettre aux jeunes d’accéder aux activités des villes environnantes sans contrainte pour les parents. Enfin, Margency vit au rythme d’événements que nous enrichirons en manifestations pour tous telles une fête de la musique, une fête du sport, un feu d’artifice pour le 14 juillet… 

 

Construire une démocratie locale

 

Fabien Bosc : Margency, notre projet

Aux élections municipales de mars 2014, je serai tête de liste de l’équipe « Un Autre Choix pour Margency ». D’un naturel confiant, j’ai conservé l’endurance de mes années de compétiteur sportif. Après avoir soutenu ma thèse en sciences physiques et déposé un brevet, j’ai intégré l’école d’officiers de Saint-Cyr à Coëtquidan. À 27 ans, je travaille en tant qu’informaticien dans une P.M.E. où à 42 ans, on m’a confié le poste de directeur de projets informatiques. Mon engagement politique s’enracine dans mes axes de réflexion que sont : la vie des P.M.E., au cœur de la solution pour l’emploi ; le produire en France ;  la dépense énergétique ou l’écologie réaliste. Avec mon épouse et nos 3 enfants, nous nous installons à Margency. J’y observe la vie politique locale. Je note que l’équipe municipale, en place depuis plus de 16 ans, n’a jamais véritablement été élue : ce vide démocratique m’interpelle. Depuis plus de 2 ans maintenant, des Margencéennes et Margencéens se sont ralliés à moi. Une liste citoyenne s’est constituée afin d’offrir aux habitants de Margency une alternative à  cette équipe «monarchique» en place si fière d’étaler ses années d’emprise sur la commune. À 5 mois de l’élection, ce bulletin présente deux axes de notre programme : construire une démocratie locale et maîtriser le développement de la ville.

Construire une démocratie locale

La démocratie locale, c’est d’abord se rapprocher de vous. Vous êtes les premiers concernés. Nous avons besoin de votre avis sur les avant-projets. Nous vous les présenterons; vous pourrez alors les amender ;  ensuite nous déciderons en connaissance de cause. Ceci est valable pour tous types de projets ( construction-rénovation, application de réforme, ...). La première concertation (car urgente) portera sur l’application de la réforme des rythmes scolaires. Elle aura lieu au lendemain de l’élection. Les Margencéennes et les Margencéens sont les premiers bénéficiaires des services publics. Nous rendrons le même niveau d’informations et de services à tous les citoyens. Le maire et sa municipalité resteront à votre écoute. Nous aurons une permanence pour vous recevoir. Nous trouverons les solutions avec vous. La démocratie locale passe par un fonctionnement transparent, efficace et respectueux de l’opposition. Votre voix sera portée haut et fort jusqu’à l’intercommunalité et elle comptera. La démocratie, c’est aussi faire de l’aide à la recherche d’emploi une nouvelle priorité. Elle deviendra un service municipal et intercommunal. La démocratie, c’est aussi, faire confiance à notre jeunesse et la respecter. Les jeunes sont les grands oubliés de la ville. Nous créerons le conseil des jeunes.

 

 

les rythmes scolaires

Même si nous aurions préféré que le gouvernement revoie sa copie, la réforme des rythmes scolaires, qui consiste en l’étalement sur 5 jours des temps d’apprentissages pour tous les enfants d’écoles maternelles et élémentaires, deviendra d’application obligatoire par la Loi pour toutes les communes à la rentrée 2014.

Nous n’avons pas le temps d’attendre vu les enjeux que cette réforme soulève. Si nous voulons une réforme réussie il faut s’y atteler dès aujourd’hui.

Les communes qui s’y sont lancées sans préparation à la rentrée 2013 concentrent les critiques quant à :
• l’épuisement des enfants ;
• l’absence de contenu pédagogique et de professionnalisation des intervenants ;
• son coût mal maîtrisé et toujours non financé ;
• sa complexité : pas deux communes ne l’appliquent de la même manière.

Ici nous voulons réaffirmer des principes :
• cette réforme doit offrir du temps d’activité péri-scolaire de qualité aux enfants : pas de garderie ;
• ces activités sont donc ouvertes à tous les élèves d’autant que nous les voulons gratuites pour toutes les familles ;
• puisque la réforme concerne les rythmes, il est important que les activités soient différenciées entre les tout-petits et les plus grands pour que chaque enfant puisse choisir son ou ses activités.

Nous avons peu d’équipements dédiés au sport à notre disposition ; il faudra donc solliciter nos partenaires (CAVAM, équipements environnants, monde associatif).

Cette réforme doit aussi pouvoir mobiliser les acteurs du terrain qui ont fait leurs preuves (bibliothécaire, éducateurs, professeurs d’activités artistiques, enseignants, ATSEM…).

Elle doit servir les temps d’épanouissement ludo-éducatifs et doit comporter un vrai contenu pédagogique travaillé avec l’Education Nationale.

Nous proposons qu’une grande concertation puisse démarrer cet automne sur ces questions essentielles et sans pour autant politiser ce débat il est grand temps d’émettre des propositions dès aujourd’hui : nous sollicitons tous les parents et enseignants sur cette question sur notre site ou par tous les moyens que vous jugerez utiles.

Un Autre Choix pour Margency